Épreuve collaborative avec Crise évolutive et Reportage

 

Responsable / Jean-Xavier Bois

 

Nombre de participants / 2

Temps de préparation / 5 heures

Description de l’épreuve

Campagne électorale est une épreuve qui met en valeur le pouvoir de l’image, l’éloquence, l’argumentation et la rhétorique. Auparavant, les délégué.e.s d’art oratoire ne savaient pas sur quel pied danser entre celui du ton humoristique et celui impérieux que l’on retrouve sur la scène politique. Pour cette épreuve, l’intention derrière ce mandat est clairement indiquée. Les participants devront adopter les codes des politicien.ne.s, s’informer sur les dossiers chauds de l’actualité et utiliser la force des communications pour convaincre le Québec de voter pour eux. 

L’un des deux délégué.e.s est un.e candidat.e aspirant.e au poste de premier.ère ministre du Québec. L’autre délégué.e est son.sa rédacteur.rice et aussi candidat.e pour le même parti politique. Ceci dit, le rédacteur.rice n’a pas à prendre la parole. Il.elle doit appuyer le.la chef.fe de parti dans sa connaissance des dossiers d’actualité, la rédaction de ses discours et la délivrance de ses discours. Les sujets qui seront traités lors du débat seront des sujets généraux relatifs à l’actualité. En ce sens, les délégué.e.s ne doivent pas se préoccuper du partage des pouvoirs relatifs aux champs de compétence des ordres de gouvernement fédéral et provincial. Ainsi, le but est de conquérir le Québec. Toutefois, les délégué.es gagneront à entretenir une sensibilité à la réalité canadienne dans le traitement de leurs sujets à débat. 

 

Déroulement

Rencontre avec le C.O. : Lorsque les délégations seront formées, le C.O. organisera une soirée formatrice avec les équipes de Campagne électorale. Durant cette soirée, des intervenant.e.s présenteront certaines notions de communication politique qui aideront les équipes à choisir le ton de leur discours, l’image de leur campagne et leur position sur le continuum gauche/droite. Durant cette rencontre, le C.O. présentera huit des dix sujets qui devront être abordés dans le dossier de candidature et lors du débat des chef.fe.s. 

 

Dossier de candidature : Les équipes devront travailler sur un dossier de candidature. Dans ce document, il faudra fournir un one pager (recto/verso) dans lequel les deux candidat.e.s de l’équipe seront présenté.e.s, indiquer leur position sur huit des dix sujets abordés lors du débat des chef.fe.s et leur vision pour le Québec de demain. À noter que la position des équipes sur les différents sujets devra tenir en quelques mots. Ainsi, priorisez des lignes de communication courtes et efficaces! Dans le dossier de candidature, l’équipe devra fournir des photos de candidat.e.s., un titre de parti, un logo de parti et un slogan de campagne. Ces trois éléments devront être visibles sur la photo de candidat.e.s. Les photos des candidat.e.s seront partagées sur les réseaux sociaux avant les Jeux et les dossiers de candidature seront partagé.e.s aux autres équipes lors de leur arrivée aux Jeux. 

 

Discours à la nation (5 minutes) : Lors de la préparation aux Jeux, l’équipe est avertie d’une crise sévissant au Québec. Cette crise sera la même que celle imposée à l’équipe de Crise évolutive. Les deux délégué.e.s devront rédiger un discours destiné à rassurer les Québécois.e.s en cette période de crise. L’équipe pourra aborder les sujets connexes de leur choix. Il n’y aura pas de structure imposée pour le discours, tant que celui-ci permettra de convaincre le Québec d’élire le parti à la tête de la province. Le ton solennel et impérieux sera de mise. Le discours sera enregistré devant une caméra, sans public.

 

Débat des chef.fe.s : En arrivant aux Jeux de la communication, les équipes auront accès à tous les dossiers de candidature. Ainsi, chaque équipe pourra profiter des jours de la compétition ainsi que de leur période de préparation pour se familiariser avec les positions des différents partis. Lors du début de la préparation, deux sujets sociaux supplémentaires seront ajoutés à la liste des huits sujets à débat remise au début de l’année. Devant un public, un débat des chef.fe.s sera organisé et mené par un modérateur qui va s’assurer de l’équilibre du temps et du respect du droit de parole. Pour favoriser la cohésion entre les équipes, deux débats seront organisés. Les équipes participeront respectivement à un seul des deux. Durant le débat, chaque chef.fe aura droit à un message d’introduction de deux minutes et un message de conclusion de deux minutes. Des questions ciblées seront posées aux candidat.e.s par le modérateur sur 5 sujets de la liste des 10 sujets remise au début de l’année (8 huit sujets dès le début de l’année et 2 sujets dès le début de la préparation à l’épreuve). Les candidat.e.s auront droit à un temps de parole d’une minute par question. 

Les rôles

  • Chef.fe de parti (Aspirant.e premier.ère ministre)
  • Rédacteur/rédactrice (Candidat.e)

À noter que les deux membres de l’équipe sont considérés comme étant des candidat.e.s. L’un.e étant aspiran.e premier.ère ministre du Québec et l’autre étant candidat.e du même parti. Les deux délégué.e.s devront fournir une photo de candidature dans le dossier qui sera remis au C.O.

 

Détails techniques

Lors du discours à la nation, le.la candidat.e au poste de premier.ère ministre sera assis devant une caméra. Un téléprompteur sera à leur disposition, si nécessaire. Lors du débat des chef.fe.s, le.la candidat.e au poste de premier.ère ministre sera debout derrière un lutrin sur lequel il sera possible d’y déposer des documents.

 

Les critères d’évaluation principaux seront basés sur : 

  1. Dossier de candidature (20%)
    1. Force et originalité de l’image (10%)
    2. Compréhension des sujets à débat (5%)
    3. Pertinence de l’offre politique (5%)

 

  1. Discours à la nation (30%)
    1. Assurance et charisme (15%)
    2. Structure du discours (10%)
    3. Richesse du vocabulaire (5%)

 

  1. Débat des chef.fe.s (50%)
    1. Force du message d’introduction (10%)
    2. Force du message de conclusion (10%)
    3. Clarté des positions sur les sujets à débat (10%)
    4. Pertinence des solutions proposées (10%)
    5. Aisance scénique (10%)

 

 

Pénalité

1 point de pénalité sera enlevé par tranche de 10 secondes en moins ou supplémentaire, pour un maximum de 10 points. Des points pourront être retirés à l’équipe concernée si le tour de parole n’est pas respecté ou pour comportement agressif lors du débat.